twitter facebook chevron-right
manifestation

André Chassaigne (PCF) : "Les Insoumis considèrent que le changement ne peut se faire que par eux seuls"

Le président des députés communistes souhaite œuvrer à la "construction de convergences" à gauche, y compris avec d'éventuels députés de La République en marche qui pourraient être déçus par les orientations de la majorité.
2 min

Il y a parfois des réunions qui prennent des allures de rencontres entre vieux copains. Mardi matin, le président des députés communistes André Chassaigne organisait à l'Assemblée nationale un débat autour de son livre "Et maintenant, Monsieur le Président ? 10 interpellations à Emmanuel Macron" (éditions de L'Atelier).

"Reconstruire une gauche de combat"

Si Thierry Benoit (Les Constructifs), Patrick Mignola (MoDem) et François Ruffin (La France insoumise) s'étaient fait porter pâles, l'élu communiste du Puy-de-Dôme a pu compter sur la présence d'Alain Tourret (La République en marche), Annie Genevard (Les Républicains) et Christine Pires Beaune (Nouvelle gauche) pour évoquer le contenu de ce court ouvrage basé sur les thèmes de campagne du candidat Macron.

"Un renouveau démocratique ?", "Un nouveau modèle de croissance ?", "Libérer le travail ?",... Les dix chapitres ont pour ambition de "défaire une illusion", "celle d'une France dont le seul horizon serait la grande compétition mondiale au service de la finance".

André Chassaigne espère aussi que son livre contribuera à la "reconstruction d'une gauche de combat et qui doit être de gouvernement". Une prise de parole qui fait écho à celle de la socialiste Christine Pires Beaune, qui s'est exprimée après la déclaration pleine d'humour et truffée d'allusions historiques d'Alain Tourret ("Tu aurais fait merveille en 1795, pour t'opposer à Robespierre et peut-être terminer comme lui...").

Main tendue à de futurs macronistes frondeurs ?

La socialiste Christine Pires Beaune, qui "apprécie" André Chassaigne, veut croire que son livre est un "appel aux gauches, à l'union des gauches". "L'heure est arrivée de nous retrouver autour d'une ligne réformiste", explique la députée, élue elle aussi dans le Puy-de-Dôme. Christine Pires Beaune assure cependant "qu'il est trop tôt (pour le faire) car le PS est très mal en point", puis attaque frontalement la France insoumise :

Le seul objectif de La France Insoumise est de plumer la volaille socialiste.Christine Pires Beaune

Face à cette attaque contre le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, André Chassaigne est resté prudent, appelant à "travailler sur les convergences", comme a d'ailleurs pu le faire le Parti communiste lors de la campagne présidentielle. "Il ne faut pas s'arrêter aux groupes d'opposition comme La France insoumise, le groupe communiste ou le groupe Nouvelle gauche", explique-t-il, avant d'aller plus loin :

Je m'adresse aussi à d'autres parlementaires, y compris à ceux de La République en marche qui vont découvrir que leur engagement ne correspond pas forcément à leurs fondamentaux politiques.André Chassaigne

Sur La France insoumise, André Chassaigne reconnaît de "très grandes convergences", mais aussi des "différences d'approche". Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon appelle à manifester le 23 septembre contre "le coup d'Etat social du gouvernement". Les communistes, eux, ont appelé avec la CGT à marcher pour la paix le même jour.

Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis considèrent que le changement ne peut se faire que par eux et eux seuls, avec une France insoumise qui s'élargirait à des sensibilités différentes.André Chassaigne

Avec son livre qu'il enverra aux 576 autres députés ainsi qu'à Emmanuel Macron, André Chassaigne espère "ouvrir le débat", loin des "postures" et des "coups médiatiques". Et s'il peut, au passage, adresser un message à ses amis de La France insoumise...