twitter facebook chevron-right
Violences faites aux femmes

Flavie Flament sur le viol : "Pas un jour sans qu'une personne me dise 'moi aussi je l'ai vécu'..."

La délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale a auditionné mercredi Flavie Flament dans le cadre de ses travaux sur le viol. L'animatrice, qui a publié en 2016 un livre où elle raconte avoir été violée à 13 ans, se bat pour obtenir l'allongement du délai de prescription des crimes sexuels sur mineurs.
4 min

Le replay


L'essentiel

  • Les députées Marie-Pierre Rixain (LREM) et Sophie Auconie (UDI, Agir et Indépendants) mènent une mission parlementaire sur le viol depuis plusieurs semaines. Elles auditionnent mercredi l'animatrice télévision et radio Flavie Flament et le magistrat Jacques Calmettes, magistrat honoraire, ancien président de l'Institut national d'aide aux victimes et de médiation.
  • Dans "La Consolation" (JC Lattès, 2016), Flavie Flament raconte avoir été violée à 13 ans par le photographe David Hamilton. Mais ce n'est que beaucoup plus tard que le souvenir de ce drame lui revint, en consultant un album photo où elle s'est revue enfant. Un phénomène classique chez les victimes de viol dont la mémoire ne revient parfois que par flashs, et que la science arrive de mieux en mieux à cerner.
  • Flavie Flament milite aujourd'hui pour repousser les limites de la prescription des crimes sexuels sur mineurs, aujourd'hui de vingt ans après la majorité, soit 38 ans. Emmanuel Macron a promis de passer ce délai à trente ans.


Retrouver les principaux extraits de l'audition

Le courage de témoigner

Un an avant le mouvement #metoo, qui a libéré la parole des femmes victimes d'harcèlement ou d'agression sexuelles sur les réseaux sociaux, Sophie Auconie salue le courage de l'animatrice :

L'accompagnement avant tout

Un courage que Flavie Flament a trouvé parce qu'elle voulait "rendre justice à la petite fille qu'elle était" :

L'animatrice insiste d'emblée sur la priorité des priorités, selon elle : accompagner les victimes de viol avant, pendant et après avoir porté plainte.

C'est le meilleur moyen pour endiguer ce qu'elle n'hésite pas à qualifier de "fléau". D'ailleurs, depuis qu'elle a témoigné à visage découvert, elle affirme rencontrer tous les jours d'autres victimes qui viennent lui parler :

Pour le magistrat Jacques Calmettes, l'allongement des délais de prescription sera utile mais aura un "résultat modeste". En revanche, développer le monde associatif qui accompagne les victimes est décisif : "L'institut national d'aide aux victimes, c'est 1 000 professionnels qui reçoivent 300 000 victimes de viol par an", résume-t-il.

Apprendre à écouter les enfants

Flavie Flament veut que l'on apprenne à écouter les enfants, dans une "société qui ne veut pas voir". Il faut en parallèle faire preuve de plus de pédagogie auprès des plus jeunes, par exemple à la télévision.

Selon elle, le "paradoxe" de notre époque est que l'on n'a jamais autant parlé de sexualité et qu'en même temps, il existe une grande confusion sur ce que l'on peut et ne peut pas faire dans une société "hypersexualisée".

Preuve que le travail d'éducation sera encore long, Flavie Flament raconte avoir été invitée au congrès français de psychiatrie et y a découvert que certains psychiatres n'étaient pas au courant de leur devoir de dénonciation :