twitter facebook chevron-right

Florian Philippot appelle à se joindre aux cortèges du 1er mai

L'ancien bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, qui a créé le parti Les Patriotes en septembre, a appelé lundi ses militants à se joindre aux traditionnels cortèges syndicaux du 1er mai pour défendre les services publics.

Le président du parti Les Patriotes, Florian Philippot le 27 novembre 2017 à LensLe président du parti Les Patriotes, Florian Philippot le 27 novembre 2017 à Lens

L'ancien bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, qui a créé le parti Les Patriotes en septembre, a appelé lundi ses militants à se joindre aux traditionnels cortèges syndicaux du 1er mai pour défendre les services publics.

L'eurodéputé souverainiste "appelle les militants et sympathisants patriotes à se joindre partout en France aux traditionnels cortèges du 1er mai, avec pour mots d'ordre la défense du service public, la lutte contre les inégalités sociales et l'augmentation du pouvoir d'achat de tous les Français, actifs comme retraités", a écrit le parti dans un communiqué.

Florian Philippot, partisan d'une sortie de la France de l'Union européenne (Frexit), participera pour sa part à une conférence sur "les services publics et l'Union européenne", qui aura lieu sur une péniche amarrée quai d'Austerlitz, dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Cette conférence est organisée par le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD, souverainiste) au Parlement européen. Seront présents les eurodéputées Sophie Montel et Mireille d'Ornano ainsi que l'eurodéputé britannique du parti pro-Brexit Ukip, David Coburn.

Florian Philippot avait appelé avec Geneviève de Fontenay, ex-présidente du concours de beauté des Miss France, "les Français à se faire entendre et à se mobiliser le 1er mai" en faveur "des déclassés", lors d'une conférence de presse commune le 23 avril. Mais Mme de Fontenay, qui avait à cette occasion entonné l'Internationale, avait annoncé le lendemain qu'elle n'apparaîtrait plus au côté de M. Philippot, "choquée" d'avoir été accusée d'adhérer à l'extrême droite.