twitter facebook chevron-right

Laïcité: Mme Le Pen juge "insupportable" l'idée de toucher à la loi de 1905

Marine Le Pen juge "insupportable" et "inadmissible" de toucher à la loi de 1905, séparant les cultes et l'Etat, alors qu'Emmanuel Macron indiqué dans Le Journal du dimanche vouloir "poser les jalons d'une nouvelle organisation de l'islam en France".

La présidente du Front national, Marine Le Pen, lors de ses voeux à la presse au siège du FN à Nanterre le 15 janvier 2018La présidente du Front national, Marine Le Pen, lors de ses voeux à la presse au siège du FN à Nanterre le 15 janvier 2018

Marine Le Pen juge "insupportable" et "inadmissible" de toucher à la loi de 1905, séparant les cultes et l'Etat, alors qu'Emmanuel Macron indiqué dans Le Journal du dimanche vouloir "poser les jalons d'une nouvelle organisation de l'islam en France".

"Il y a toute une série de pistes dont certaines sont insupportables, inadmissibles: par exemple, l'idée d'un concordat, l'idée de toucher à la loi de 1905", a critiqué la présidente du Front national dimanche dans Le grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/CNews.

Dans le JDD, le président de la République indique souhaiter "poser les jalons de toute l'organisation de l'islam de France" durant "ce premier semestre 2018".

Selon l'hebdomadaire, la création de nouvelles instances représentatives, notamment pour définir un cadre pour le financement des lieux de culte et la collecte des dons, ou la formation des imams, sont à l'étude par l'exécutif.

A propos d'un concordat à l'image de celui en vigueur en Alsace-Moselle, idée régulièrement lancée depuis plusieurs années par des personnalités de droite comme de gauche mais que d'aucuns jugent anticonstitutionnelle, Emmanuel Macron déclare dans le JDD que "quelle que soit l'option retenue, l'objectif en de retrouver ce qui est au cœur de la laïcité, la possibilité de croire comme de ne pas croire".  

Mme Le Pen a toutefois convenu que "d'autres (pistes évoquées) semblent positives, même si elles sont esquissées de manière tellement floue qu'on ne sait pas du tout où ça va arriver".

Elle a notamment cité "le financement du culte" ou "la volonté exprimée de limiter l'influence des pays étrangers", dans la construction de mosquées en France.

La leader d'extrême droite a ainsi suggéré "l'arrêt total du financement étranger des mosquées". 

"Un pays étranger n'a pas le droit de financer une mosquée en France, voilà, c'est très clair", a-t-elle souhaité, en affirmant que le financement actuel des mosquées en France provenait "quasiment intégralement de pays étrangers". 

En 2016, un rapport parlementaire "sur l'organisation" de l'islam en France, des sénateurs Nathalie Goulet (UDI) et André Reichardt (LR) indiquait toutefois que "le financement du culte musulman se rapproche de celui des autres cultes, notamment du culte catholique, qui provient à 80% des dons des fidèles".

Selon eux, "le rôle des États étrangers dans le financement de la construction et l'entretien des mosquées est marginal par rapport au financement par la communauté elle-même".