twitter facebook chevron-right

Popularité: Macron poursuit sa remontée, Philippe en baisse

La hausse de la cote de popularité d'Emmanuel Macron se confirme en janvier (+1), tandis que celle du Premier ministre, Édouard Philippe, chute de deux points sur le mois, selon un sondage IPSOS paru mercredi.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard PHilippe à Paris, le 30 octobre 2017Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard PHilippe à Paris, le 30 octobre 2017

La hausse de la cote de popularité d'Emmanuel Macron se confirme en janvier (+1), tandis que celle du Premier ministre, Édouard Philippe, chute de deux points sur le mois, selon un sondage IPSOS paru mercredi.

A 40% d'avis favorable, le chef de l’État poursuit lentement sa remontée, 8 points au-dessus du plus bas depuis le début du mandat, en septembre. Chez les sympathisants de la France Insoumise, Emmanuel Macron obtient une hausse de 7 points, soit 15% d’opinions favorables.

Près d'une personne interrogée sur deux (49%, -1) porte néanmoins un avis "défavorable" sur l'action du Président de la République, et 11% des sondés préfèrent ne pas se prononcer (=).

A l'inverse, le Premier ministre fait face à une légère chute de popularité, avec 35% (-2) des personnes interrogées qui émettent un avis favorable sur son action. 49% des participants  à l'enquête sont de l'avis contraire, soit une hausse de deux points sur le mois, révèle ce baromètre pour l'hebdomadaire Le Point.

Malgré sa baisse de 6 points, Nicolas Hulot (39%) reste en tête du classement des personnalités politiques les plus populaires. Il est suivi de près par l'ancien ministre socialiste Jack Lang (38%, -2), puis Alain Juppé (35%, -3), Jean-Yves Le Drian (30%,-3) et Jean-Luc Mélenchon (27%, =). 

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, se positionne 7e avec 26% d'opinions favorables (+3), juste derrière Nicolas Sarkozy (27%, -1).

Enquête réalisée en ligne les 12 et 13 janvier auprès de 1.050 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3 points.