twitter facebook chevron-right

Restructuration chez Nokia: Bercy reçoit partenaires sociaux et direction

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Benjamin Griveaux, a annoncé lundi qu'il recevra jeudi les partenaires sociaux, des élus puis la direction de Nokia France après l'annonce de la suppression d'emplois supplémentaires en France d'ici 2019.

Nokia prévoit 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN)Nokia prévoit 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN)

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Benjamin Griveaux, a annoncé lundi qu'il recevra jeudi les partenaires sociaux, des élus puis la direction de Nokia France après l'annonce de la suppression d'emplois supplémentaires en France d'ici 2019.

"Jeudi, je recevrai l'ensemble des partenaires sociaux et les élus" des sites concernés, Paris-Saclay (Essonne) Lannion (Côtes-d'Armor), pour "faire un état des lieux" et "je recevrai dans la foulée la direction de Nokia France", a déclaré M. Griveaux sur France Inter.

"J'ai besoin de savoir quelle est la réalité de la situation" pour "prendre les actions nécessaires", a-t-il ajouté.

Le géant finlandais des équipements télécoms Nokia a annoncé mercredi la suppression de 597 emplois supplémentaires en France d'ici 2019, dans les filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN), sur un effectif total de 4.200 personnes dans ces deux sociétés.

Ces suppressions concerneront les fonctions centrales et support de ces deux filiales basées au campus de Paris-Saclay (Essonne) et à Lannion (Côtes-d'Armor).

Nokia s'est engagé en 2016 à la suite du rachat d'Alcatel-Lucent à embaucher 500 personnes dans la recherche et développement mais "manifestement, le compte n'y est pas", l'entreprise n'ayant "sciemment pas tenu la parole qu'elle avait donnée publiquement lors d'une opération de rachat", selon M. Griveaux.