twitter facebook chevron-right

Asile et immigration : "Si on écorne les droits fondamentaux des migrants, demain, on pourra écorner ceux d'autres personnes !"

Le Défenseur des droits Jacques Toubon a réitéré, mardi dans Politique matin, son opposition à certaines dispositions du projet de loi asile et immigration adopté dimanche dernier. "Beaucoup de gens ont l'impression que les droits fondamentaux c'est des discussions pour juristes, pas du tout !"

Il persiste et signe. Le Défenseur des droits Jacques Toubon est revenu sur LCP sur son échange, il y a deux semaines, avec des députés La République en Marche lors de son audition en commission des Lois. Il se défend de toute vision caricaturale comme l'avait affirmé certains députés LREM : "J'ai donné au Parlement un avis de 60 pages, article par article, alinéa par alinéa. Ce n'est pas du tout caricatural ! S'il y a un certain nombre de parlementaires qui pensent que défendre les droits fondamentaux et demander à ce que la loi respecte les droits fondamentaux c'est une caricature, à ce moment-là, c'est très grave ! Parce que ce sont des droits fondamentaux que nous vivons..."

Le Défenseur des droits fustige une politique de remise en cause de droits des migrants qui, in fine, ouvrirait la porte à des dérives pour d'autres personnes que les étrangers. "Si demain on écorne les droits fondamentaux des migrants, demain, on pourra écorner ceux d'autres personnes!", alerte-t-il. La version finale du projet de loi, adoptée dimanche dernier, se contente selon lui de "réduire des droits dans des conditions que j'ai jugées non conforme".

Surtout, le Défenseur des droits estime que la loi adoptée en 1ère lecture à l'Assemblée ne traite pas la problématique actuelle de personnes arrivant en France et accueillies dans des conditions "indignes" selon le conseil d'Etat. "Un tel projet de loi ne règle rien, il ne permettra pas de faire face à la situation des personnes qui arrivent dans notre pays et qui ne sont pas accueillies, qui ne sont pas mises à l’abri, qui n’ont pas de droits, qui n’ont pas d’existence administrative..., déplore Jacques Toubon. Cette 1ère phase n’est pas réglée par le projet de loi."

Retrouvez la vidéo de l'échange tendu entre Jacques Toubon et des députés La République en Marche :


Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat