twitter facebook chevron-right

Des militants de la cause animale provoquent une interruption de séance dans l'hémicycle

Les députés, qui examinaient une proposition de loi sur les écoles privées hors contrat, ont été interrompus par des militants criant "Elevage, esclavage ! Abolition !".

Jeudi matin, au moins huit militants de la cause animale ont provoqué un incident de séance lors de l'examen de la proposition de loi "visant à simplifier et mieux encadrer le régime d'ouverture et de contrôle des établissements privés hors contrat".

Séance immédiatement suspendue

Alors que la présidente de séance Carole Bureau-Bonnard venait de donner la parole au député Nouvelle gauche François Pupponi, plusieurs personnes ont interrompu les débats en criant depuis les tribunes de l'Assemblée nationale :

Elevage, esclavage ! Abolition !Militants de la cause animale

Les militants portaient des t-shirts avec la mention "EGA (pour Etats généraux de l'alimentation, ndlr) LA HONTE".

La séance a été immédiatement interrompue.

La scène a été filmée par l'élu Nouvelle Gauche Hervé Saulignac :

"L'Assemblée n'est plus ce lieu protégé"

Le député de l'Ardèche a publié la vidéo sur Twitter, demandant au passage si "la sécurité est garantie" dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Son collègue David Habib (Nouvelle Gauche) a lui aussi mis en cause la sécurité :

Cela a duré très longtemps avant l'intervention de la sécurité, ce n’est pas normal !David Habib, interrogé par LCP

L'élu, ancien vice-président de l'Assemblée nationale, assure que "cela ne se serait jamais passé sous Bartolone" (président socialiste de l'Assemblée nationale de 2012 à 2017, ndlr) et déplore que "l'Assemblée n'est plus ce lieu protégé comme avant".

La blague de François Pupponi

A l'issue de l'interruption de séance, qui a duré environ deux minutes, le député Nouvelle Gauche François Pupponi a reprise la parole, en plaisantant : "Esclavage ? J'espère que (les militants) ne parlaient pas du système éducatif français M. le ministre..."



Elsa Mondin-Gava et Maxence Kagni