twitter facebook chevron-right

Le ministre de l'Éducation nationale ne veut plus de portables dans les classes en 2018

Invité mercredi dans Questions d'Info, Jean-Michel Blanquer évoque "un enjeu de civilisation" et réclame un "consensus" dans le pays pour défendre "une question de santé publique".


Des élèves qui mettent systématiquement leurs téléphones portables dans des casiers avant d'entrer en classe ? C'est peut-être une scène qui deviendra familière dans les écoles de France. C'est en tout cas ce que souhaite Jean-Michel Blanquer. Et rapidement : dès l'année prochaine. "Le problème doit être posé, dit-il. Cela fait partie des sujets sur lesquels j'en appelle à un certain consensus en France, parce que c'est une question de santé publique."

"On peut tout à fait imaginer des casiers qui ferment, on peut avoir des solutions différentes pour arriver à une effectivité (ndlr : de la disparition des téléphones portables dans les classes). C'est en 2018 qu'on doit arriver à un résultat en la matière, ambitionne le ministre de l'Education nationale préoccupé par la prolifération des écrans chez les enfants. "On a un enjeu de civilisation ! En ce moment on est en train d'avoir un impact sur les cerveaux de nos enfants, explique le ministre. C'est très vrai pour les petits enfants, je ne me lasserai de dire à quel point il faut les éloigner des écrans..."

Le ministre reste en revanche favorable à l'usage d'écrans de manière pédagogique dans les classes.