twitter facebook chevron-right

Le président de l'Assemblée nationale demande aux cheminots de suspendre leur grève

Après l'acceptation par le Premier ministre de rencontrer les syndicats, le 7 mai prochain, François de Rugy demande "qu'en contrepartie" les syndicats de cheminots suspendent leur grève pendant "cette période d'entre deux" : "Par rapport aux week-ends prolongés, par rapport aux vacances scolaires, on pourrait suspendre la grève."

Invité mercredi dans Politique matin, le président de l'Assemblée nationale a avancé l'idée d'une suspension de la grève des syndicats de la SNCF suite à l'annonce d'Edouard Philippe d'une rencontre, d'ici deux semaines, avec des syndicats de cheminots qui ne souhaitent plus travailler avec la ministre des Transports Elisabeth Borne. Mardi ils étaient encore dans les rues pour réclamer cette rencontre, une exigence finalement acceptée par l'exécutif.

"Le Premier ministre a dit qu'il allait rencontrer les syndicats de cheminots, ce qui était leur demande, le 7 mai prochain. Moi je fais une demande en contrepartie aux syndicats de cheminots. Le texte a été voté à l'Assemblée nationale, le Premier ministre rencontre les syndicats, il va ensuite y avoir l'examen au Sénat, peut-être que dans cette période d'entre deux les grèves pourraient cesser ?", interpelle François de Rugy. Une demande de "suspension" nécessaire, pour le président du Palais-Bourbon, du fait des "week-ends prolongés" et des "vacances scolaires".

Vidéo : Alice Rougerie

Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat